Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 12:42

"Un des concepts les plus révolutionnaires qui soit sorti de notre expérience clinique est la reconnaissance accrue que le centre, la base la plus profonde de la nature humaine, les couches les plus intérieures de sa personnalité, le fond de sa nature "animale", que tout ceci est naturellement positif, est fondamentalement socialisé, dirigé vers l'avant et réaliste.

 

Ce point de vue est si étranger à notre civilisation actuelle que je ne m'attends pas à ce qu'il soit accepté, et il est de fait si révolutionnaire dans ses implications qu'il ne devrait pas être accepté sans une enquête approfondie. Mais même s'il soutient l'épreuve, il sera difficile à admettre. La religion, en particulier la tradition chrétienne protestante, a impregné notre civilisation du concept que l'homme est fondamentalement pêcheur et que ce n'est que par une espèce de miracle que sa nature pêcheresse peut être niée. En psychologie, Freud et ses successeurs ont démontré par des arguments convaincants que le "ça", la nature fondamentale et inconsciente de l'homme, est constituée premièrement par des instincts qui, s'il leur était permis de s'exprimer, aboutiraient à l'inceste, au meurtre et à d'autres crimes. Tout le problème de la thérapie tel qu'il le voient est de maintenir ces forces sauvages sous contrôle d'une manière saine et constructive plutôt que par les méthodes coûteuses des névrosés. Mais le fait que l'homme est au fond irrationnel, asocial, destructeur des autres et de soi-même - cette idée est acceptée presque sans discussion. Sans doute on entend parfois des protestations. Maslow défend vigoureusement la nature "animale" de l'homme, en faisant remarquer que les émotions antisociales - l'hostilité, la jalousie, etc. - sont le résultat d'une frustration d'instincts plus fondamentaux, d'amour, de sécurité et d'appartenance qui sont désirables en eux-mêmes. Montagu soutient, lui aussi, que la coopération plutôt que la lutte est la loi fondamentale de la vie humaine. Mais on écoute peu ces voix solitaires. Dans l'ensemble, le point de vue des professionnels, comme des non-professionnels, est que l'homme, tel qu'il est, dans sa nature fondamentale, doit être contrôlé ou dissimulé, ou les deux."

Le Développement de la personne (1968), p.69

Partager cet article

Repost 0
Published by McGuigew - dans Citations
commenter cet article

commentaires