Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 23:40

Après une soirée insensée, folle, interminable, alcoolisée, Michael était rentré et s’était abandonné à un sommeil d’acier en un rien de temps. Il venait d’ouvrir un œil, juste un. Et, semi-conscient, cet œil avait cherché le réveil, il était midi, presque tout rond. Puis l’œil s’était refermé pour quelques secondes, tout avait l’air d’aller. Un semblant de sommeil avait ainsi duré un quart d’heure puis, on ne sait trop pourquoi, il se leva… Il fila droit vers la salle de bain et s’offrit une douche plus qu’agréable. C’était l’une de ces douches qui insufflent en vous la vie comme un défibrillateur sauve un cœur agonisant. A se demander si cette douche avait plus nettoyé l’intérieur ou l’extérieur du bonhomme, il en était sortit changé, l’esprit vide, léger comme une plume ou comme une feuille, ou comme une plume-feuille. A ce moment là, il sentit se tordre son estomac dans son ventre, dans sa tête se joua alors la plus belle des pièces : Une tasse de café dont la fumée se glissait avec grâce dans l’air était entourée par deux tartines recouvertes d’une fine couche de beurre, le tout dans un silence religieux, il ne restait qu’à mettre de la musique avant de s’installer auprès de cet éclatant début de journée… En quelques minutes, tout était prêt et Michael disposait le plateau sur son lit. Après avoir mit de la musique (Pixies - Dig for Fire), il s’allongea sur son lit et engloutit les tartines… Lorsqu’il eu fini, il posa le plateau sur le sol et laissa sa tête se poser sur le lit. Tout semblait aller si bien, tout était si simple ce matin… Il leva les yeux, un filet de lumière passait facilement dans un interstice du store. Cette tranche de lumière filtrait l’air ou plutôt rendait visible toutes les particules en suspension. Dans un état de bien-être quasi-absolu, il regarda ce ballet de petites poussières qui, en toute grâce, se promenait dans l’air de sa chambre, s’approchait de lui puis étaient soudainement soufflées au loin, replongeant dans l’anonymat. Il regarda, puis s’endormit à nouveau.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Matt 29/01/2011 01:10


Flemmard! haha!