Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 22:54

Le temps c’est moche. Ca s’envole, c’est une feuille de papier derrière laquelle on court. Et quand on arrive tout près d’elle, toujours juste à ce même moment, un autre coup de vent l’envoie virevolter dans les airs. C’est le temps, ça balaie tout. La mémoire, voilà ce qu’il nous reste…  Comme un parfum, d’abord envoutant, enivrant même ! Chaque effluve de mémoire nous rend tout chose, on se souvient les regards, puis on a du mal, on lutte pour rendre le tableau plus clair. Un jour, les visions devenues toute grises ne provoquent plus rien, le souvenir est là mais c’est un corps, un cadavre, plus rien n’en jaillit, de l’amertume peut-être, c’est la fin. Alors que ces souvenirs s’achèvent de pourrir au fond de notre esprit, d’autres se créent.

Ceux-là, les nouveaux, c’est quelque chose. Un nouveau souvenir qui se crée c’est un magma d’émotions qui se fige et enferme avec lui toutes les lumières, toutes les chaleurs, les couleurs. Ce sont mille baisers déchainés qui se lient, de couchers de soleil, de regards en coin, de chansons d’amour, merde ! Enfin, le bouquet tout entier, parfois un peu plus même… une magie, une étincelle qui s’y met, petite, mais quand même…  qui fait son effet… cette différence, pas grand-chose pourtant, fait des meurtres, des suicides, c’est une rage effrayante, la plus pure folie, le bonheur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires